Fleurs de Bach

Origine, définition et utilisation des élixirs floraux


Né le 24 septembre 1886 au sein d’une famille bourgeoise à Moseley dans le Worcestershire au Royaume Unis, Edouard Bach était destiné à reprendre la fonderie de laiton familiale.

Passionné par la nature et par l’humain en général, il se tournera vers la médecine, dont il obtiendra son diplôme en 1912.

En 1917, il s’écroule d’épuisement peu après le décès de sa femme. Un cancer de la rate et du pancréas au stade avancé lui sera diagnostiqué par ses confrères et ne lui donne que quelques mois à vivre.

Contre toute attente il se rétablit. Il est convaincu qu’il est resté sur Terre pour venir en aide à l’humanité. Embauché à l’Hôpital Homéopathique Royal de Londres, encore réputé aujourd’hui, il développera des vaccins homéopathiques issus de sept bacilles intestinaux, découverts auparavant et que l’on appelle nosodes (nosodes de Bach-Patterson)

Lassé du quotidien londonien et persuadé de pouvoir apporté quelque chose de nouveau au monde, il décide en 1929 de retourner au Pays de Galles, alors connu sur Londres et en plein succès professionnel.

De retour dans sa campagne natale, il va au contact de la nature, riche des enseignements de la tradition celte concernant les plantes médicinales.
En appliquant sa rigueur scientifique éprouvée et reconnue, il accueille, observe, identifie et compiles ses ressentis, ses états émotionnels.

Il obtient dans un premier temps douze remèdes : les “douze guérisseurs” (Rock Rose, Mimulus, Cerato, Scleranthus, Gentian, Clematis, Water Violet, Impatiens, Agrimony, Centaury, Chicory, Vervain). En 1933, il les complétera par les “sept aides” (Gorse, Oak, Rock Water, Heather, Vine, Olive, Wild Oat). Viendront ensuite 19 autres plantes durant les deux dernières années de sa vie ainsi que la composition d’une synergie bien connue le ” Rescue®
ou “élixir d’urgence”

error: Content is protected !!